CATSECRET : ARTICLES DE PRESSE

catsecret-typewriter-photo-722.jpgARTICLES PRESSE (by) CATSECRET.

@ll rights reserved.

 

 

CATSECRET@ PRESS

LE MUSEE INVISIBLE : PART II.

RENE BRANTONNE (ou) "L'Enlumineur du Fleuve Noir."

Dans la galerie des grands Maîtres-Illustrateurs, des Editions de Presse pour Adultes, encore considérées par la censure des années 70-80 : comme l'anti-chambre interdite, de la Littérature dite d'Expression Graphique, ayant marquée le XXème siècle... il y a une exception. Un cas d'école atypique. Auquel les architectes, du Grand Louvre idéal de l'An 2000, devront bien consacrer : une place. Certains mauvais esprits diront, un pandemonium (la Bibliothèque Nationale a bien : son Enfer.) Disons, un salon à part. Une chambre privée, réservée aux mythiques et fantastiques couvertures de la production, des Editions du Fleuve Noir. C'est dans cette loge, que les Champolion du futur et autres décodeurs des hiéroglyphes modernes ou phylactères nés de l'univers de la B.D, tenteront de décrypter : un très étrange mystère. L'oeuvre de René Brantonne.

BRANTONNE : LE VOYAGEUR IMMOBILE.

(Chapitre 1. Un papy-dandy très honorable.)

Il habitait une rue, pile-poil, à côté de moi. Et évidemment, je ne l'avais jamais rencontré. Jusqu'à ce qu'un jour, par hasard, me parvint une curieuse : histoire. Je devrais dire un étrange fait-divers. L'histoire authentique donc, racontait qu'un curieux dandy style pépère à la retraite (c'est René Brantonne, qui imposait le private-joke de ce terme à ses meilleurs amis, comme Cino del Ducca) prenait toujours le bus : en pantoufles. Il faisait alors le tour de Paris, descendant de son bus pour prendre un autre bus, à l'arrêt sur le même trottoir. Pour revenir ainsi, au terminal, été comme hiver. Sans jamais se mouiller les pieds. Jusqu'à ce que son bus, le ramène comme il l'avait pris, juste devant sa porte. J'avais écouté d'une oreille distraite. Mettant l'histoire du pépère, plutôt débrouillard, sur le compte des facéties : du cinquième âge. L'histoire, ainsi aurait pu en rester là. Si une ancienne prof, sans doute marquée par le souvenir de mes petits dessins d'école, qui me valaient un vingt sur vingt (comparés à mon tenace zéro pointé en maths) ne s'était par quel hasard : souvenue de moi. En réalité, moins par charité d'âme que par une curieuse facétie du hasard. Puisqu'elle habitait, dans l'immeuble d'un grand dessinateur, travaillant pour le Cinéma (il avait dit-on créé l'affiche des "Dix Commandements" de Cecil B. de Mille.) Un artiste qui descendait toujours chercher ses cigarettes au tabac du coin : en pantoufles. Bref, un original. C'est donc ainsi, que j'allais sonner à la porte : de René Brantonne. Ancien élève à Sainte-Croix de Neuilly. Dont l'ambition de la mère (bien avant son engagement dans la Résistance, il était rentré en France via les troupes US avec les troupes de Leclerc, précédant un bref passage par la Paramount, où il fut le 1er dessinateur à l'installation de la firme à Paris en 1925, avant un petit détour par le music-hall, où à la même époque que la Paramount il fut dessinateur pour Mistinguett) était de le voir entrer : au séminaire. Mais voilà, Brantonne aimait trop les belles filles. Et avec l'amour des jolies nanas : la Liberté. C'est cet esprit d'aventure, qui devait ainsi le conduire, à partir pour les U.S.A. Et travailler pour les Américains. Pour la Standard Oil Motor, à New-York, avant de revenir en France. Signant alors des affiches célèbres, et des scénarios-illustrés, pour de grandes firmes cinématographiques : 20th Century-Fox, United Artists, M.G.M, Universal et Walt Disney. Puis des dessins, pour une myriade de collections de B.D de poche : Jeune France, Audax, Jeunes Aventureux, Super Aventure, Hurrah, L'Intrépide, O.K., Kid Magazine, Baby Police, Tarzan. Les Editions Aredit, à Tourcoing. Et les Editions du Rempart, à Lyon (il dessine les aventures de Buffalo Bill, avec George Fronval.) Avant sa rencontre, avec le magnat de la presse, Cino del Ducca (il obtient des "syndicates" américains, la très rare autorisation de dessiner lui-même les raccords pour l'édition française, de séries déjà légendaires : Batman, Le Fantôme du Bengale, ou Tarzan.) En fait, tout juste un honorable passe-temps. Avant de lancer, dans le début des années 50-60, avec ses deux amis : Jean de la Hire et Georges Fronval... la mythique collection de science-fiction du Fleuve Noir : ANTICIPATION. Dont il signera (sans exception) toutes les couvertures. C'est à dire approximativement, juste la bagatelle, disons de quelques centaines. Avant de commettre, quelques-unes des plus célèbres affiches friponnes, des meilleurs nanars : du Cinéma Erotique. Aujourd'hui recherchées à prix d'or. Peut-être aussi (bien qu'il ne l'eut jamais mentionné) une ou deux B.D coquines : vraisemblablement, de poche. Evidemment, sous de multiples pseudos anonymes.

Grand lecteur de polars, des romans de gare de Ian Fleming, James Hadley Chase, Jean Bruce et Peter Cheney (notamment pour les célèbres couvertures sexy comme 99% du lectorat des Presses de la Cité) c'était pour moi l'occasion unique d'accéder : au saint des saints. Au Tahaj-Mahal. Aux Palais de Syracuse. Du moins, aux Jardins de Babylone. Bref, à l'une des portes de service de l'Eden : sur terre. Mais voilà, Brantonne était plus malin que ça.

Tout ça, je ne devais l'apprendre que bien plus tard. Lorsque René Brantonne accorda, au magazine de B.D Pilote la seule et unique interview, de toute sa prolifique carrière. Par dernière très élégante, pirouette de modestie, juste quelques mois : avant sa mort. Mais à l'instant de ce récit, c'est sa femme qui m'ouvrait donc la porte, de son modeste deux-pièces : dans le 13ème. A une rue très exactement de ma propre rue. Très curieusement, au même numéro. Je ne devais voir ainsi Brantonne... que trois fois.

 

A suivre... in, Roomantic.fr

CATSECRET The Original@ne

@ll rights reserved - May 2012

 

 

catsecret-typewriter-photo-722.jpgLES MAGAZINES DE CHARME@

"L'Industrie des Filles de papier-glacé."

 

 

 

CATSECRET@ PRESS

"Cry "Havoc"! and let then slip the dogs of war." - W. Shakespeare

 

LES FILLES ANONYMES DU WEB :

(Introduction de Presse, Facultative.)

L'An 2000. Les machines gouvernent le monde. Enfin, pas encore.

L'auteur de 1984, a fait juste une erreur, de quelques années. L'Apocalypse selon Orwell n'a pas eu lieu. Et il s'est totalement trompé sur la réaction des humains. Depuis le XIX° siècle, date où les machines sont entrées dans l'Industrie, tous les peuples : les réclament. A la fin du XX° siècle, elles ont fait un bond de géant, à l'ouverture d'une boîte : de Pandore. En fait, à cause de deux geeks. Frères ennemis. L'air premier de la classe : Bill Gates. L'autre, un ancien hippie : Steve Jobs. Les machines ont réduites de taille. Jusqu'à devenir quasi-invisibles. A l'état de puce électronique, dans nos téléphones-cellulaires, et dans nos ordinateurs portables. Encore mieux intégrées, et mouchardes, dans nos cartes de crédit. Des plus hautes sphères, de la Bourse à Wall-Street, dans des programmes : anticipant les cours mondiaux. Au plus ras de la moquette, dans des aspirateurs-robots, traquant le moindre poil : de chat. En apparence, il n'y a plus d'issue possible. Jusque dans le sac à main, de chaque fille, il y a un petit robot : qui sommeille. Bien planqué sous l'apparence d'un banal lipstick. Mais ne nous y fions pas. Tout encore n'est pas perdu. Les filles sont plus malines que ça. C'est par elles peut-être que les machines : pourraient perdre - demain - la guerre des mondes.

Coincées par la vie, métro-boulot-dodo, qui les robotise : les femmes rêvent d'un meilleur avenir. C'est à dire, en commençant de trouver le moyen, comme d'habitude... de se faire plaisir. Ceci dit, pour notre plus grand plaisir. Sachant que le monde ne peut tourner rond : sans elles. Elles ont ainsi commencé. En commençant par titiller, le point le plus fragile, de la machine infernale. C'est à dire, après l'ex-génération de 68, le geek de base. Le nouveau potache des Temps Modernes. Indéboulonnable. International. Inlocalisable. Dont la principale fonction, en dehors de s'attaquer au FBI ou ex-KGB, est le piratage des films : de cul. Par l'usage de la webcam, et des films coquins qu'elle fait pour son petit copain, chaque étudiante : devient ainsi, une sorte de résistante. Rivale de la machine. Version XXI° siècle. Euh, chaque femme qui le fait : pour un inconnu (potentiellement aussi.) C'est à dire, la quasi-population féminine mondiale. Sachant qu'il y a, globalement deux fois plus de femmes que d'hommes sur la planète, ça fait un sérieux pourcentage : de soldats de l'ombre en jupons. Toute fille, à un moment donné, ou à un autre : le fait. Statistiquement une vraie petite armée de coquines. Hormis bien sûr, la sainte-nitouche, qui vous jure : que jamais elle n'a fait ça. (Variante) ou qu'elle ne le fera jamais. Messieurs, ne vous trompez pas. C'est un leurre. C'est au choix : ou la pire des menteuses. Ou l'embryon, d'un clone de la machine, version Matrix.

Ceci posé, il y a un problème. Les gros malins, de l'industrie du X, ont très vite : pris la température du phénomène. L'industrie du porno s'est ainsi jetée dans la brêche. Inondant le web de films X. Pour prendre, la part du marché, la plus juteuse. Une autre forme de robotisation : du corps féminin. Aujourd'hui, un clic suffit. Pour voir des millions de jolies filles à poil 24/24. Et vice e versa, pour les filles voulant mater, les mecs sur le net. De quoi blaser, le super-geek de Harvard ou de Silicon Valley, de la plus jolie : petite culotte blanche, de pom-pom girl, version American Pie. De même que la jeune-fiancée, ou la mère au foyer anonyme, de son concubin ou de son mari. Résultat : le hard a rendu obsolète l'érotisme. Bref, c'est mal barré. Tout de notre vie passe par le net. Jusqu'aux livres, de Littérature Classique, qu'on peut lire : sur son note-book. Mais on le voit, heureusement, il y a un paradoxe. Le marché sur le net, des films X ou des bouquins, déjà fatalement : tourne en rond.

Et si l'avenir, était dans cette faille ? Pour les résistants, à la Machine Infernale, un retour dans le futur : par les livres. Les vrais livres en papier. Ou disons, la magie qu'ils contiennent. Réapprendre à éteindre l'écran de nos ordinateurs. Aller à la redécouverte : de la vraie vie. Le but de cet article, consacré aux magazines pour adultes, prétend juste donner : un bref exemple de ce pouvoir, incoercible. Comme les potaches d'autrefois, simplement redécouvrir le plaisir, dans un magazine de charme : d'une jolie pin-up. Juste l'émoi de tourner les pages, une à une. Plutôt que de cliquer bêtement : comme des machines.

Attention, c'est pas si simple ! Dans la vraie vie, c'est pas comme derrière un écran. Il faut s'exposer au danger. Le plaisir de lire se mérite. Le plaisir de voir, aussi. C'est toute une technique. Un manuel d'emploi digne d'un : vrai James Bond.

 

A suivre... in, Roomantic.fr

CATSECRET The Original@ne

@ll rights reserved - June 2012

 

 

catsecret-typewriter-photo-722.jpgL'ENCYCLOPEDIE EROTIQUE INTROUVABLE@

"L'Edition : Hors-Commerce, des Ed. Rombaldi."

 

 

Bref Essai, d'Etude :

De Littérature comparée dans l'Histoire de la B.D Erotique.

Pour Le Magazine Roomantic.fr (Dir. site : Cha & Topper.)

 

CATSECRET@ PRESS

AVANT-PROPOS :

C'est à l'ouverture du 1er Salon de L'Erotisme, à Paris dans le 13ème, parmi les stands de revues érotiques : qu'apparaît la Beauté. Coincée entre un stand très quelconque, de revues gonzo-hard, et un fabricant de jeux d'échecs érotique. Le stand des Editions Rombaldi, très discret, est une planche sur deux tréteaux. C'est là qu'est le 1er tome, pages ouvertes sur la table, laissant admirer des dessins : de Milo Manara. Mais le public, hypnotisé par les stands de revues hard et de films X, passe devant : sans l'apercevoir. L'édition complète est en 12 volumes dit le vendeur. L'édition ne se vend pas dans le commerce (pour interdiction de vente au public.) Il faut la commander. L'un après l'autre, chaque tome étant envoyé, par La Poste : tous les mois. Pour les 1er souscripteurs, de l'Encyclopédie, il y a un cadeau-bonus : en fait deux. Un jeu de cartes signé par Aslan. Et un port-folio, uniquement offert, aux acheteurs : du Salon de L'Erotisme. C'est dans ce port-folio précieux, signé par Manara, qu'on trouve le texte de présentation : reproduit à la virgule près, tel que ci-après.

NOTA-BENE

Attention : L'article qui suit, en aucun cas, n'est une publicité ! Il tente de présenter, pour ceux qui ne pourront jamais le voir, un bijou de l'édition : du XXème siècle. C'est un hommage juste. Au documentariste, de grand talent, qu'est Jacky Goupil. Et à l'Editeur, généreux et courageux, qu'est Rombaldi.

TEXTE DE PRESENTATION (Texte Original - in extenso.)

"Les Chefs-d'Oeuvre de La Bande Dessinée Erotique, c'est une collection unique au monde, aussi rare que précieuse, totalement inédite. Jamais une telle collection n'a réuni un nombre aussi impressionnant de grands artistes. Véritable pièce de collectionneur, elle a sa place dans la bibliothèque de tout amateur passionné et de chaque bibliophile averti."

"Reliure en Reluskin rubis jaspé, avec sur le plat, une pin-up dessinée par Milo Manara : en exclusivité pour les Editions Rombaldi. Pages de garde noires - 12 volumes de format 23x30 cms, 240 pages par volume, plus de 10.000 dessins en couleurs ou en noir et blanc, imprimés sur un beau papier. Près de 3.000 pages de frissons, d'émotions, de fantasmes ! Un rendez-vous unique avec la volupté et la sensualité, des dizaines de milliers de dessins qui vous surprendront, vous étonneront et vous troubleront."

Rombaldi Editeur.

L'EDITION HORS-COMMERCE DES ED. ROMBALDI :

(Le cadeau de l'Editeur aux 1er lecteurs.)

Rombaldi est un éditeur généreux, pour le cadeau, qu'il offre à ses premiers : lecteurs.

Un port-folio cultissime, sous la forme d'une jaquette blanche de papier-glacé, avec dessin de Manara (1ère de couverture : une bouche sensuelle, dessinée par Manara. 4ème de couverture : les 9 séquences les plus chaudes, du strip-tease de la brunette coquine, en couverture de chaque tome.) Une oeuvre à tirage limité, de 8 pages recto-verso, ilustrées de dessins : exclusifs. Plus un jeu de 54 cartes par Aslan (exclusivité Rombaldi.) Des dessins de pin-ups, des jolies nanas on dirait tout droit échappées du Crazy Horse, toutes en couleurs. Chaque pin-up représentant, des valets aux deux jokers, une figure du jeu. (On notera un doublon dans l'édition : deux as de carreau.)

Egalement avec l'achat, de l'Encyclopédie mythique, un petit journal : gratuit. Livré tous les mois, avec chaque tome, dans le colis postal. "Le Rombaldi BD Club" (uniquement, pour les lecteurs bédéphiles de Rombaldi.) Petit opuscule sur papier journal, en noir et blanc, avec un dépliant publicitaire : en page centrale. Le dépliant présentant la prestigieuse collection unique au monde : en 12 volumes, 298 Fr le volume. (149 Fr + 9Fr de frais d'envoi, en deux mensualités.) C'est dans cette modeste parution qu'on trouve d'autres joyaux. Dans le n°15, le fac-similé d'un document jamais édité d'une aventure (1 seule page crayonnée) de Tintin, mis à jour par Benoît Peeters, retrouvé au fond d'un tiroir à la Fondation Hergé : "Tintin et les Pilules" (scénario de Michel Greg le papa d'Achille Talon.) Le rédacteur de la revue signalant d'autres pistes avortées : "Tintin et le Thermozéro" et "L'Aéroport." Mais c'est dans le n°16, du petit journal gratuit, que le lecteur de Rombaldi : trouve de précieux incunables dans le genre érotique (juste après une étude Jacobsienne sur la Marque Jaune d'E.P Jacobs par J.F Douvry.) Un article précieux, avec des croquis inédits, sur le dessinateur : G. Levis. "Docteur Sidobre et Mister Lévis", par H. Filippini. Petite étude sur Jean Sidobre, né en 1924, qui signe dans les années 50-60 des albums de Caroline et Le Club des Cinq (adaptations de la légendaire collection de la Bibliothèque Verte et Rose.) Avant de signer, sous le cultissime pseudonyme de G. Levis, des albums : pour adultes (dans un premier temps pour un press-pocket, aujourd'hui introuvable, uniquement vendu à l'usage des sex-shops : dont la série va devenir, un titre-culte, le célébrissime "Liz & Beth".) Cet essai précédant un pastiche, texte signé de Lo Duca, pour les Ed. Dominique Leroy ("Les 3 Petites Filles Modèles.") Juste avant le très sensuel "L'Ecole des Biches." Précédant les très érotiques, et cultissimes récits, contenus dans l'album : "Les Perles de l'Amour" (texte écrit par F. Leroi, réalisateur et producteur, de films érotiques.) L'article d'H. Filippini ajoutant, que G. Levis avant sa mort, avait désigné comme son successeur : le dessinateur pour adultes W.C Colber (Auteur célèbre de : Nado.)

Rombaldi est un éditeur courageux, pour le choix et pour le contenu, de la partie rédactionnelle : de son chef-d'oeuvre. Dont il va confier la tâche, de la documentation, et de la présentation : à Jacky Goupil. Avant-propos de Henri Kaufman. La thématique de l'entier de l'oeuvre regroupant 4 titres : Les Grands Maîtres, L'Humour, L'Imaginaire, et Le Bizarre. C'est de ce travail, et de cette patience, de moine bénédictin... dont naît en 1988  : " L'Encyclopédie des Chefs-d'Oeuvre de la Bande Dessinée Erotique ", aux Ed. Rombaldi. Unique au monde. Et dans l'Edition, en France.

 

A suivre... in, Roomantic.fr

CATSECRET The Original@ne

@ll rights reserved - June 2012

 

 

catsecret-typewriter-photo-722.jpgMr. CONFIDENTIAL (ou) L'Ancêtre de WikiLeaks ?

"La Machine Infernale (&) La Boite de Pandores."

 

 

CATSECRET@ PRESS

Pour Magazine Roomantic@ (Directeurs site : Cha & Topper.)

"Ils ne connaissent que les lois d'une génération d'égoïstes."

Citation du Président F. Roosevelt. Washington 4 Mars 1933.

Extrait, Discours Investiture à La Présidence des Etats-Unis.

 

JULIAN ASSANGE :

(Bref Avant Propos.)

Le cas de Julian Assange fondateur de WikiLeaks, dont l'actualité mondiale interroge l'industrie du Web, a permis de mettre en lumière : une autre industrie du net, connexe. Les Fatcats, Les Copy-Cats, Les Lolcats, et les Hackers. Chaque groupe se distinguant l'un de l'autre. Mais tous étant reliés l'un à l'autre. Les Fatcats (groupe de hackers, officieusement recrutés voire indirectement financés par de grandes industries qui leur donnent parfois pignon sur rue et fausse adresse de raison légale, pour capter des projets : avant leur sortie.) Les Copy-Cats (autre groupe de hackers, professionnels mais indépendants, proches d'une nébuleuse : les trolls. Les trolls souffrant d'un trouble pathologique, parfois bénin ou plus profond de l'identité, qui les pousse à prendre l'identité d'un autre.) Les Lolcats (regroupement de trolls sous forme de nébuleuse, en fait relié au groupe 4chan au Japon, faisant l'apologie de sites pro-nazis ou pédophiles sous le couvert : de l'humour trash, ou de la liberté d'expression. N.D.A : Faussement associés, pour des raisons de marketting visant à établir un empire hégémonique sur le net, au groupe Anonymous.) Enfin, les Hackers (groupe d'irréductibles, indépendants, parfois travaillant : en plusieurs sous-groupes. Leur motivation est essentiellement le plaisir de l'enjeu sans but vénal.)

Issu de cette mouvance internationale, dont il revendique être l'un des pères fondateurs, Julian Assange a aujourd'hui : 40 ans. Mais quel est donc, le mobile déclencheur, qui inspira Julian Assange ? Cette question renvoit, peut-être, à un autre curieux : personnage. Célèbre dans les années 50.

NOTICE D'INFORMATION TECHNIQUE.

(Insert Technique : Lecture Facultative.)

Contrairement aux grands pays industrialisés (USA, Angleterre, Allemagne, Suisse, Italie, Espagne) il n'existe à ce jour en France aucune loi : contre le harcèlement sur internet (déf. anglaise : "stalking".) Contrairement aux injonctions de l'E.U, qui contraint d'autres pays à promulguer un article de loi protégeant les usagers d'internet, la France refuse de signer un protocole : obligeant tout opérateur à déclarer un piratage de ses services à ses clients. A ce jour, officiellement, le piratage : n'existe pas en France. Sauf pour les fonctionnaires, du DCRI, du fameux sous-département R : qui peuvent vider, le disque dur, à distance. De l'ordinateur de tout citoyen. En mode connexion, ou hors-connexion d'internet, sans que ce dernier : s'en aperçoive. (L'Espion du Président, Editions R. Laffont.)

Théoriquement, juste ces gars-là peuvent faire ça.

(Sauf à ce niveau-là peut-être  : Les Anonymous.)

 

A suivre... in, Roomantic.fr

CATSECRET The Original@ne

@ll rights reserved - July 2012

http://www.roomantic.fr/blogs/542/le-blog-de-catsecret/page/1/

30 votes. Moyenne 4.70 sur 5.

Commentaires (1)

1. djbook 23/08/2012

CATSECRET@ ARTICLES DE PRESSE
A Worldwide Web Production For Your Eyes Only !
(1st Edition) website : www.catsecret-original.com


@ll rights reserved

Vous devez être connecté pour poster un commentaire