Histoire en Brune (Saison : 3 / Part 2.)

LES CONTES DE CAT_THE_CHAT@ by CATSECRET The Original@ne

 (Suite Texte intégral : Dépôt SACD.)

 

 

 

 


HISTOIRE EN BRUNE (Saison 3.)
"Erotiques de l'ordinaire."

PART II.

 


On était rue Scribe. Toutes les places de stationnement étaient prises. Durant tout le trajet elle avait tourné le rétro vers elle. Ne le quittant pas des yeux. Sans dire un mot. Un instant je me dis qu'elle se faisait du cinéma. Mais c'était pas son genre. Peut-être un truc pour qu'on dégage de chez elle. Pour une autre raison. Mais c'était trop vicieux. J'avais renoncé à comprendre. Là, la rue était étroite. Et très peu éclairée. Aucune lueur de phare. Aucune voiture qui nous suivait. Rien de rien d'anormal. La rue était déserte. Je m'étais garé juste devant l'entrée de l'Hôtel. On voyait le gardien de nuit, à la lumière de la réception, par la porte d'entrée vitrée. Il avait la Golf devant lui. Pratiquement sous les yeux. Je n'aurais même pas eu besoin de fermer à clef. Ce que je fis pourtant. Très machinalement. Avant d'entrer avec elle dans le hall de l'Hôtel Scribe.

C'était un gars malin. Il n'avait pas posé de question. On avait demandé une petite chambre. La moins chère possible. Juste pour la nuit. Comme il n'y avait pas beaucoup de monde il nous avait fait un prix. Nous donnant disait-il une belle chambre. A condition de dégager avant huit heures. Elle avait payé avec sa carte bleue. Vu le prix il ne nous avait pas fait remplir de fiche. C'était vraiment pas cher. Et très sympa. On n'eut qu'à traverser le hall éteint et désert. Pour monter l'élégant escalier. A l'épais tapis feutré et à la rampe cuivrée. C'était juste au premier étage. On n'entendait plus aucun bruit. Je sentis sa petite main, maintenant toute chaude, se lover dans la mienne. Me chuchotant à l'oreille un drôle de mot. Avec un air espiègle. Je lui demandais ce que ça voulait dire. Elle me donna la traduction. Un gars malin, en parlant du gardien de nuit. Je répétais doucement le mot à voix haute. Et elle posa un petit baiser sur ma bouche. Pour me faire taire. Tandis que je répétais le mot. La faisant rire. Ses jolis yeux de chat pétillaient à nouveau de bonheur. Son adorable sourire était revenu. On venait juste d'arriver à l'étage. Elle me donna la clef. D'une petite main toute tremblotante. En se blotissant amoureusement contre moi. Pour que j'ouvre la chambre. Et on entra.

C'était une chambre superbe. Vaste comme un salon, si ce n'était le grand lit, juste dans un coin. Très haute de plafond. Avec des poutres d'époque apparentes. Un grand lit, je me rappelle démesuré, pour deux personnes. Juste devant une seule fenêtre, je me souviens paradoxalement étroite par rapport à la pièce, donnant sur une dalle déserte. Autour de laquelle l'Hôtel était construit. Une sorte de cour, sans fonction, donnant à plain-pied. Un genre de patio intérieur, par lequel on aurait pu passer d'une chambre à l'autre, si les fenêtres étaient ouvertes. Mais on ne voyait aucune autre chambre allumée. Comme s'il n'y avait personne d'autre que nous dans l'Hôtel. Il y avait quelque chose d'étrange dans l'ambiance. Elle ne disait rien. Je fis glisser son manteau. Découvrant sa robe en tricot qui la moulait adorablement. Je remontais mes mains vers ses petits seins tièdes. Et je les sentis très durs. Ca me fit bander plus fort. Et elle se colla contre moi pour m'embrasser. Pressant une cuisse contre ma verge. Déglutissant de plaisir en sentant la grosseur de mon érection.

Elle descendit ma fermeture-éclair. Passant la main dans mon slip. Ma queue jaillit d'un coup. Butant contre le nylon de son collant. Elle me la prit des deux mains. Marmonnant d'impatience. En sentant perler une petite goutte, sur mon gland, elle se mit à me mordiller doucement les lèvres. Me branlant très lentement. Tandis que je lui remontais sa robe en tricot. Très haut sur ses hanches fines. Avant de descendre lentement le long de ses jambes. Elle me caressait les cheveux en soupirant de plaisir. Je venais de poser ma bouche contre sa petite culotte de dentelles. Passant une main entre ses jambes. Je sentis sous mes doigts, à travers le fin collant, l'humidité du tissu de la culotte. Elle mouillait terriblement. Je parcourus doucement des lèvres, un court instant, le nylon du collant sur ses cuisses. Effleurant de mes deux mains ses belles petites fesses. Pour redescendre vers ses jolies bottes de daim. Elle poussa ses jambes contre ma bouche. Je la sentis frémir de délice. Et je remontais lentement vers sa petite culotte. Lui tirant des petits soupirs de bonheur. La chaleur de sa jolie petite chatte sous le tissu m'excitait. Et j'eus envie de la prendre d'un coup direct comme ça. Je posais mes deux mains à plat sur son petit ventre tendre. Tirant doucement sur le nylon. Me sentant déchirer son collant, elle m'agrippa plus fort par les cheveux, et ouvrit davantage les jambes. Le nylon craqua. Libérant sa petite culotte à l'air libre. J'approchais mes lèvres, pour lui embrasser la chatte comme ça, à pleine bouche. Jusqu'à ce que sa fente, ouverte de plaisir, se dessine sous le tissu. Je sentis ses jambes se mettre à trembloter. Elle se mit à gémir doucement. Et j'écartais sa petite culotte. La vue de sa petite fente, toute humide de mouille, m'excita soudain plus fort. Elle savait déjà ce que j'allais faire. Et son souffle devint plus court. Ses petites mains se crispèrent doucement sur mon visage. En sentant ma langue parcourir sa fente, toute glissante de mouille, elle colla son bassin contre mon visage. Je la sentis soudain se mettre à trembler sur place. Et elle se mit à jouir comme ça debout. Je lui enfilais juste deux doigts. Pour la faire jouir plus fort. Sa mouille se mit à couler toute tiède sur mes doigts. Elle hoquetait maintenant de plaisir. Agrippée à mes cheveux. Agitant son ventre contre mes doigts. Tandis que je continuais de les remuer très lentement en elle. Ses jambes se mirent à trembloter plus vite. Avant que ses cuisses, brusquement, emprisonnent ma main. Je n'eus qu'à me redresser pour l'embrasser. Et tandis qu'elle frissonnait, encore de jouissance, elle ouvrit doucement les jambes. Pour laisser entrer juste mon gland en elle. Tout en se collant tout contre moi. Pour m'embrasser à pleine bouche. Avec un soupir d'excitation.

Je restais juste comme ça. Tandis qu'elle enroulait sa langue très vite dans ma bouche. M'embrassant à m'en couper le souffle. Bougeant imperceptiblement contre ma queue. La laissant s'enfiler doucement. Remonter progressivement en elle, de plus en plus raide, dans sa vulve chaude et palpitante. Poussant délicatement sur la pointe de ses petits pieds. Pour me faciliter le passage. Et me faire entrer plus loin au fond d'elle. Je sentis son vagin se contracter. Avec un petit battement très bref. Rapide et léger comme une aile d'oiseau. Et elle pressa soudain, des deux mains, ma tête contre son visage. Collant sa bouche très fort contre la mienne. Jusqu'à ce que je vienne buter au fond de son ventre. Elle poussa un petit gémissement de plaisir. Et sa mouille se mit à se répandre d'un coup. Glissant le long de ma queue. Je la pris dans mes bras pour la soulever. Et elle enroula ses jambes autour de mes hanches. Pour que je l'entraîne, accrochée comme ça, tout droit vers le lit. Tandis que continuant à m'embrasser elle s'empalait plus lourdement sur ma verge. Au moment où je la fis basculer, elle se blottit contre moi, pour mieux la garder en elle. Fermant doucement les yeux de bonheur.

Elle était allongée sur le bord du lit. Les jambes par terre. Et je commençais à la pilonner doucement. Elle s'abandonnait maintenant, avec délice, et coulait délicieusement. De faire l'amour dans cet hôtel était terriblement excitant. Et de se faire prendre comme ça, tout habillée sur ce lit, semblait la faire jouir plus fort. De la voir ainsi, sa jolie petite robe en tricot retroussée sur ses hanches, m'excitait au possible. Le contact de sa petite culotte, toute trempée, me faisait bander comme un âne. Et ses cuissardes de daim souple, moulant ses belles petites jambes tremblotantes de plaisir, me donnaient encore plus envie d'elle. Elle le vit et me prit amoureusement le visage pour m'embrasser. Ouvrant davantage les jambes pour que je m'enfonce en elle. Elle coulait à flots. Et ma verge coulissait en elle comme un piston de machine-outil dans de l'huile. Elle se redressa sur les coudes pour mieux la regarder. Et je sentis son vagin se contracter à nouveau. Cette fois, par petits spasmes, très rapides. Se moulant à ma queue comme un fourreau très doux. Elle resta comme ça un moment les yeux écarquillés. Regardant entrer et sortir ma verge. Comme étonnée de la longueur qu'elle tirait de mon érection. Avant de se mettre soudain à trembloter à nouveau. Ouvrant la bouche en grand. Sentant arriver l'orgasme, me lançant un regard suppliant, pour que je jouisse avec elle. Avant de retomber d'un coup. S'accrochant très fort à mes bras. Tandis que ma verge s'allongeait encore plus long en elle. Lui tirant un doux gémissement. Sa tête se mit à rouler lentement. D'un côté à l'autre. Comme si elle luttait pour ne pas jouir avant moi. Mais c'était là et elle se mit à jouir. Ouvrant les yeux de surprise. Cherchant mon regard. Tandis que sa mouille sortait d'elle comme à petits flots. De la voir ainsi, magnifiquement éperdue et accrochée à mes bras, me bouleversa soudain. Et je sus que j'allais jouir très fort. Elle le pressentit et ses petites mains m'agrippèrent plus fort. Et lorsque les premiers jets de sperme jaillirent, en saccades, elle me fixa soudain comme si elle voulait arrêter le temps. Laissant les éjaculations se répandre, avec ravissement, très loin tout au fond d'elle. Tandis que ses pupilles doucement se révulsaient de bonheur. Au rythme des éjaculations. Par saccades qui continuaient. Lui tirant un long gémissement de jouissance. Jusqu'à ce qu'elle revienne s'accrocher, d'un coup brutalement à moi, pour me serrer très fort dans ses bras. Avant de s'affaisser doucement sur le lit. Passant avec délice sa langue sur ses jolies petites lèvres ourlées. Etirant ses bras voluptueusement. Avec un petit clin d'oeil amusé. L'air gourmand.

 

 


CATSECRET
The Original@ne

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Vous devez être connecté pour poster un commentaire