CATSECRET@ LE RONIN

Catsecret The Original@ne (Logo)CATSECRET@ The 0h Magic-Box.

LE RONIN

Polar-Noir by CATSECRET The Original@ne

@ll rights reserved

 

 

CATSECRET@ LE PETIT CINEMA DE 0h.

PROLEGOMENES.

L'ELEMENT : N°1.
(La 1° Nuit 23h55.)

 

La jolie brune, seule au volant, conduisait. En silence.

Le regard fixé dans le hublot, de buée, entre les essuie-glaces. Repoussant d'un soupir énervé un petit poil. Tétu et rebelle. Que la climatisation, s'obstinait à recoller, sur son mignon nez de chat. Vérifiant d'un oeil, dans le rétroviseur, désespérément vide. La lumière. Fugace. D'un phare, éventuel, d'autre voiture. Au loin. Dans l'obscurité, profonde, des ténèbres. Derrière elle.

Les phares puissants, de la voiture solitaire, trouaient la nuit noire. Sans fond. Et sans fin. Déroulant à toute allure, l'interminable tracé d'une route, d'un paysage vide. Désertique et sauvage. Perdu dans la nuit aveugle. Sur les hauteurs, inquiétantes et inhabitées, du Massif Central.

Depuis la sortie de l'autoroute de Paris, les yeux rivés sur la départementale déserte sans aucun panneau de direction, la conductrice guettait un repère. Cherchant d'une main, la radio, sur le tableau de bord. Le déclic de la radio, déclencha la musique ininterrompue, d'un programme de nuit. Monotone. Sans voix de speaker. Se superposant, à la mécanique continue, du souffle du moteur. Monocorde. Rythmé par les bourrasques, du vent, faisant danser la voiture. Comme en cadence. Avant que la musique, brusquement, s'éteigne d'un coup. En même temps que les phares. Juste une seconde, à peine, avant la climatisation. Puis le bruit du moteur. La voiture continuant, sur le tracé de la route en ligne droite en rase campagne, comme poussée par le vent. En roue libre. Le temps de réaction, de sa conductrice, de peser sur les freins. Pour l'immobiliser. Avant de sortir. Etonnée. Cherchant à comprendre. L'explication. La bête source matérielle de la panne. Juste avant la constatation. Plus étonnante. Disons, d'un autre fait. Lui, sans aucune explication. Logique. Rationnelle. Possible. D'un coup, il n'y avait plus aucun bruit. Comme s'il n'y avait plus, aucun son, même celui du vent. Comme si l'impalpable, de l'air lui-même, s'était soudain figé. Plus exactement, comme si le moindre son, avait été absorbé. Rendant sourd toute chose. Jusqu'à l'air même. Et pour la conductrice égarée, soudain pétrifiée de peur, jusqu'au souffle de sa propre respiration. Juste avant cette chose. Inimaginable. Inconcevable. Quasi-irréelle. Cette chose inouïe c'était, dans la voûte à 360° du ciel, la lueur des étoiles. Les milliers d'étoiles, seules, qui éclairaient la nuit. Les étoiles qui s'éteignaient. Une à une. Puis la lune, d'un coup, qui disparut. Avant que les ténèbres, les plus noires, prennent possession de tout. La durée d'un bref laps de temps. Comme interminable. L'espace juste, d'une minute, à la montre. Avant que dans le ciel, les étoiles, soudain ne reviennent. Comme on rallumerait autant d'ampoules. L'une après l'autre.

En même temps, à nouveau, que le vent.

La sensation, tactile, et physique. Et le bruit du vent.

L'ELEMENT : N°2.
(La 1° Nuit 23h57.)

Quelque part... sur un haut-plateau des Monts de Lozère.

A l'embranchement d'un carrefour, les phares de quatre voitures dans la nuit, se rallumèrent brusquement. Tous, en même temps. Dans le ronflement subit, quasi-simultané, comme d'un même moteur. Face à face.

Venues de quatre directions différentes, l'une après l'autre, les quatre voitures reprirent leur route. En ordre. Comme à la queue-leue-leue. En un synchronisme parfait. Chacune à la suite de l'autre. Toutes, prenant la même direction. Abandonnant le haut-plateau, désertique et inhabité, à nouveau au seul silence. Du vent. Dans la nuit éclairée, par la lueur revenue, de la pleine lune. Et la lumière, à nouveau, des milliers d'étoiles.

L'ELEMENT : N°3.
(La 1° Nuit 23h59.)

A quelques kilomètres... dans L'Aveyron. Dans les airs.

Le pilote d'un vieux Fokker trimoteur, en provenance de Toulouse, retira brusquement ses écouteurs. Vérifiant le panneau, des cadrans allumés, sur son tableau de bord. Dont la lueur éclairait, à elle seule, tout l'intérieur du cockpit. Scrutant chaque cadran. Et sur chaque cadran allumé, le bon fonctionnement, de chaque aiguille en mouvement. Le pilote échangea, d'abord un rapide regard, avec le co-pilote. Puis avec les cinq seuls autres passagers. A bord du Fokker. Dans le même élan, maintenant tous réunis, dans le cockpit. Cherchant à comprendre. Tout comme les deux pilotes aux commandes. Pourquoi subitement, le ronronnement des trois moteurs, venait de cesser. Avant que toutes les aiguilles, en mouvement, sur les cadrans s'immobilisent. Juste avant que les écrans allumés, sur le tableau de bord, ne s'éteignent brusquement. Tous, d'un seul coup.

L'ELEMENT : N°4.
(La 1° Nuit 00h00.)

Contrôle de Navigation Aérienne. Toulouse-Blagnac.

Sur l'écran-radar, le spot lumineux du Fokker, disparut d'un coup. Son altitude exacte, était à 350 mètres, au-dessus du sol. Il n'y eut aucun appel, ni message d'alerte, de la part du pilote. Ni du co-pilote. Le pilote du Fokker, et le co-pilote, étaient des civils. Tout comme les cinq autres passagers à bord du Fokker. L'équipage du Fokker, pilotes et passagers, étaient des scientifiques. Tous appartenant, au département de recherche, de l'aéronavale. Le pilote et le co-pilote, bien que civils, avaient leur brevet de vol. La consultation de la description, de la mission du vol et de son objet exact étant absents dans le carnet de bord, ne permettait de ramener à aucun autre élément. Pour une explication, logique, ou quelconque recoupement. Le seul indice technique, du relevé des paramètres de longitude et de latitude à cet instant, indiquait que le Fokker volait. Normalement. Droit et en ligne. A une hauteur de 350 mètres. Sans obstacle matériel. D'origine topographique. Ou physique. Devant lui. Le Fokker était seul. A cet instant, et en ce lieu, dans le ciel. Quelque part au-dessus des Causses. Aux environs de Rodez. En Aveyron.    

 

 

 

 

A SUIVRE...

CATSECRET The Original@ne

13 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires (1)

1. djbook 13/05/2016

CATSECRET@ LE RONIN, Polar-Noir.
(Website : www.catsecret-original.com)


Fantastic Criminal-Thriller for Adults Only.
Exclusively, For... Le Club de Catsecret !

Djbook.

Vous devez être connecté pour poster un commentaire